Préparer et conduire un débat public en transparence

Nous allons vous raconter, de l'intérieur, comment se prépare et se conduit un débat public. Et aussi comment il se conclut.

Nous témoignerons ici de nos rencontres, de nos questionnements et de nos décisions.

C’est mon premier déplacement sur le terrain depuis que je suis chargée du suivi et de la coordination des débats publics à la CNDP. Je suis particulièrement curieuse de ce débat car il répond a un parti pris assez audacieux : celui de distinguer une phase de partage des connaissances (15 novembre-8 février), d’une autre phase de co-construction de scénarios (8 février- 28 mars), qui seront pour finir mis en débat dans un troisième temps (28 mars- 15 mai).

Samedi 30 novembre, sous un ciel clair et sous un vent frais, une vingtaine de participants ont pu interroger le représentant de la LPO qui est intarissable et apporte des informations précises et accessibles à tous. Des questions sont nées au cours des discussions : peut-on modifier les couleurs des éoliennes en mer pour limiter leur viabilité depuis les côtes sans pénaliser les oiseaux ? peut-on réduire les sons émis par les éoliennes en modifiant certains éléments techniques ?

Ils avaient rendez-vous ce 16 novembre après des semaines, de pluie pour les uns et d’intense préparation pour les autres à la cité de la mer. C’était, enfin, avec cette 1ère étape du parcours de connaissance, le lancement du débat public sous le soleil du Cotentin.

L’équipe organisatrice, un peu dans l’expectative quant à la participation du public, a vite plongée dans l’action dès l’ouverture des portes. Et les premières questions fusent. Elles sont pratiques, techniques ou philosophiques : « Comment sont-elles posées en mer ? », « On peut avoir un stage ?», « C’est quoi ce truc ? »….

La question m’est régulièrement posée ces derniers jours : pourquoi donc, présider un débat public dont on connait le contexte bien difficile ? La réponse la plus évidente : parce que la CNDP me l’a proposé au vu semble-t-il de mes expériences de garant de concertations. Une autre réponse : c’est que j’aime les défis. Associer, pour la première fois, les publics en amont d’une décision publique importante et aux impacts forts est un défi motivant. Mais d’où vient cette motivation ?

Le 2 octobre était pour notre commission un rendez-vous important.

Les commissaires de la Commission Nationale nous ont écouté restituer ce que nous avions entendu et compris au cours de ces cinq mois de préparation. Les dizaines de rendez-vous individuels et collectifs avec des associations, des professionnels et des élus nous ont permis de mieux comprendre le contexte dans lequel tenir ce débat public. Les centaines de questionnaires (550) qui nous sont parvenus nous ont permis de connaître les attentes des publics, l’étendue des questionnements, le besoin de rencontre et d’échange avec « ceux qui font » la recherche scientifique, les activités et la sécurité en mer, la pêche, la conception et la fabrication des parcs. Vous trouverez sur le site le bilan de vos questions. Nous avons confectionné un Abécédaire des mots du débat. Nous vous le livrerons très prochainement.

Notre débat public est préalable à la décision de lancer, en 2020, un appel d’offres pour un parc de 1 GW. La nouvelle procédure prévoit la participation des publics avant cette décision et avant le choix d’une zone de 300 km2, ce qui diffère des précédents débats publics sur le territoire, alors organisés sur des zones déjà choisies.

Nous avons beaucoup écouté et nous travaillons aux modalités les plus justes pour permettre une réflexion collective sur l’opportunité d’un tel appel d’offres en 2020, sur les caractéristiques de celui-ci et sur de possibles localisations. Nous souhaitons apporter au grand public les connaissances et informations nécessaires à la compréhension des enjeux et des contraintes liés à la construction de nouveaux parcs éoliens en mer, compréhension nécessaire à la qualité du débat.

La Commission particulière du débat public (CPDP), présidée par Jean-Pierre Tiffon, est chargée du débat public sur le projet d'éolienne en mer, en Normandie. La Commission a participé à de nombreuses réunions préparatoires au débat avec différentes parties prenantes.

Dans ce cadre, la Commission est allée à la rencontre des pêcheurs au Tréport afin d'échanger sur le futur débat public et d'avoir une meilleure compréhension et connaissance des parties prenantes du débat. Cette réunion a été filmée sans que la Commission en fut préalablement informée avant cette rencontre. Nous avons accepté d'être filmé car la Commission n'a rien à cacher. Elle effectue son travail sous le respect du principe de transparence.

Le triporteur de la CPDP

Vendredi 30 août 2019, Nord-Cotentin. Le triporteur de la CPDP fait escale au village du festival « Les Traversées Tatihou » de Saint-Vaast-la-Hougue (prononcer Saint-Vâ-la-Hougue).

Le festival vit depuis 25 ans au rythme des marées et des musiques du monde entre Saint-Vaast-la-Hougue et l’île de Tatihou.

Retour